Mon bébé est trés sage !!!!! 

Oui c'est ce que les gens me disent , mais il est sage sur moi , dans mes bras , contre moi !!!

Mon bébé pleure dès que je le laisse quelques SECONDES ! 

Pourquoi ? 

Des réponses :

DSC_0819

 Copier /coller de la Leche League 

 

Ce dossier a été publié dans Allaiter Aujourd'hui n°34, LLL France 1998

 

Materner le bébé qui pleure beaucoup


Les pleurs des bébés sont faits pour provoquer chez l'adulte un comportement d'attachement ou de réconfort. Mais certains bébés crient tellement que leurs mères en arrivent en fait à ne plus les écouter. C'est ce que le Dr Williams Sears, dans son livre Le bébé difficile, illustre par la "courbe des pleurs" (1) : les pleurs du bébé ne cessant pas, il s'installe chez le parent une fatigue émotionnelle qui finit par provoquer une réaction d'évitement.

Les pleurs "excessifs" des bébés peuvent avoir de multiples causes. Dans certains cas, le fait de trouver la ou les causes va entraîner des changements qui suffiront à apaiser rapidement le bébé. Dans d'autres cas, il n'y a pas de solution miracle, mais le simple fait de savoir pourquoi leur bébé est mal, permettra aux parents de continuer à s'en occuper sans se sentir submergés. Ajoutons que parfois on ne trouve jamais de cause, ce qui n'empêche pas d'essayer tous les petits "trucs" permettant d'apaiser le bébé.

Voyons quelques-unes des raisons pour lesquelles les bébés peuvent être "difficiles".



Les questions à se poser

- Avez-vous eu une péridurale ou d'autres médicaments au cours de l'accouchement ? Cela peut rendre les bébés grognons pendant quelques jours voire plusieurs semaines.

- Savez-vous que les bébés allaités ont besoin d'être nourris plus souvent que les bébés au biberon ? Le lait maternel se digère si facilement que les bébés allaités peuvent avoir faim toutes les deux heures, alors que ceux nourris au lait artificiel ont généralement faim toutes les trois ou quatre heures.

- Savez-vous que de nombreux bébés ont chaque jour quelques heures difficiles, qui se situent généralement en fin d'après-midi ou dans la soirée?

- Connaissez-vous l'existence des "poussées de croissance" ? Il arrive régulièrement que les bébés tètent plus fréquemment pendant un jour ou deux afin d'augmenter la sécrétion lactée. Cela se produit généralement autour de 2 semaines, 6 semaines et 3 à 4 mois.

- Y a-t-il des raisons pour lesquelles votre sécrétion lactée pourrait être insuffisante ? Cela peut inclure (2) : le tabagisme, qui diminue le réflexe d'éjection ; la caféine, qui peut exciter le bébé et donc le faire téter moins bien ; un problème de succion chez le bébé ; un taux de stress anormalement élevé, qui peut affecter le réflexe d'éjection ; la prise de médicaments tels que les diurétiques, les antihistaminiques ou les contraceptifs contenant oestrogènes ou progestérone ; une hypothyroïdie non détectée ; une rétention placentaire ; une alimentation insuffisante et/ou déséquilibrée qui en plus d'affecter la sécrétion lactée, va entraîner chez la mère une fatigue l'empêchant de répondre aux demandes de son bébé (3).

- Le bébé pourrait-il avoir des coliques (voir article ci-après) ?

- Le bébé pourrait-il avoir une affection quelconque (par exemple : reflux gastro-oesophagien, otite, muguet, pous-sée dentaire) ?

- Pourrait-il être un bébé aux besoins intenses (4), qui a besoin de beaucoup de contact physique ?

- Aurait-il besoin d'être plus stimulé, ou au contraire de l'être moins (5) ?

Des idées pour apaiser le bébé qui pleure

Il est clair que si les pleurs sont dûs à la faim, augmenter les tétées en nombre et en durée peut suffire à résoudre le problème. Même si ce n'est pas le cas, beaucoup de bébés se calmeront au sein, à la grande satisfaction des parents (combien de mères se sont dit : qu'est-ce que j'aurais fait avec ce bébé si je ne l'avais pas allaité ?!), car la tétée calme le système nerveux, aide à réguler la respiration et libère des endorphines.

Si c'est l'air avalé qui provoque les cris, il faudra veiller à bien faire roter le bébé (éventuellement plusieurs fois au cours d'une même tétée).

Si l'on soupçonne une substance ingérée par la mère (aliment allergénique, médicaments, caféine, etc.), quelques jours d'éviction du produit permettront de juger de sa responsabilité réelle.

Beaucoup de ces "pleurs excessifs" se résoudront avec le temps (ce n'est pas pour rien qu'on parle des "coliques des trois premiers mois"), mais en attendant, connaître un certain nombre de "trucs" qui ont marché pour beaucoup de bébés, permettra à l'enfant et à ses parents de vivre mieux ces moments difficiles.

Il faut savoir que toutes ces idées ne fonctionnent pas pour tous les bébés ; qu'une méthode peut marcher un jour et pas le lendemain ; qu'il faut donc avoir une "palette" de trucs entre lesquels on peut jongler ; que pour certains bébés, ce qui marche, c'est une suite de gestes enchaînés dans un certain ordre, une sorte de "rituel" ; qu'il n'est pas évident d'être imaginatif lorsqu'on est épuisé, et qu'il vaut donc mieux avoir une batterie d'idées toutes faites et déjà éprouvées ; que c'est principalement la mère qui essaiera d'apaiser son bébé, mais que le père ou tout autre adulte (voire les grands frères et les grandes soeurs) peut utiliser ces techniques.

Porter le bébé dans un porte-bébé. Penser que certains bébés aiment être installés de face afin de voir ce qui se passe autour d'eux

Emmailloter le bébé dans une couverture ou un lange. Certains bébés ont besoin de se sentir "contenus", sans quoi ils se sentent désorganisés et perturbés.

Bercer le bébé.

Marcher avec le bébé.

Utiliser le "balancement maternel" : la mère porte le bébé contre son épaule ou dans ses bras, et sans bouger les pieds, se balance d'une jambe sur l'autre.

Passer l'aspirateur avec le bébé dans le porte-bébé ! Comme le montrent plusieurs des témoignages, pas mal de bébés trouvent apaisants le mouvement et le bruit ronronnant de l'aspirateur (6).

Aller faire un tour en voiture.


Placer le bébé devant quelque chose qui va retenir son attention. On sait que les premières semaines, les bébés s'intéressent particulièrement aux graphismes en noir et blanc très contrastés ou contenant du rouge, ainsi qu'aux lumières en tout genre.

Mettre le bébé devant un miroir - les bébés adorent regarder les visages - ou devant... un aquarium où nagent des poissons !

Si le temps le permet, aller dehors et laisser le bébé regarder les feuilles bouger doucement dans la brise.

Essayer l'une des quatre variantes de la position "anti-coliques", la plus courante étant celle où le bébé est à plat ventre sur l'avant-bras de l'adulte, sa tête dans le creux du coude, la main tenant ses jambes.

Essayer le massage "I love you" dont parle le Dr Sears dans Le bébé difficile. Le bébé est couché sur le dos, la tête vers l'adulte. Ce massage (voir croquis ci-dessous) suit la courbe naturelle du gros intestin du bébé, et permet d'aider les poches d'air à s'évacuer vers le rectum.

Lorsqu'on porte l'enfant sur son épaule, masser doucement son dos (plutôt que de le tapoter : le tapotage peut être utile pour aider au rot, mais c'est quand même un peu violent ; pour essayer de calmer un bébé qui pleure, un geste doux est plus indiqué).

Certains bébés peuvent se calmer à l'aide d'une sucette, s'ils ont un besoin de succion non nutritive particulièrement intense (mais attention au risque de dépendance !). Pour éviter le risque de confusion sein/tétine, mieux vaut ne pas la proposer avant que l'allaitement ne soit bien installé. En attendant, le parent peut proposer son doigt (propre et à l'ongle court) à sucer au bébé.

Un bon bain chaud (une fois le cordon cicatrisé) pris ensemble peut être très relaxant pour le bébé et pour le parent.

Chanter. Les bébés adorent la voix de leur mère et ils se moquent de savoir si elle chante juste !

Danser avec le bébé.

Chaque parent trouvera sûrement encore d'autres "trucs" (voir par exemple le "coup de l'ascenseur", page 9 !), mais en conclusion, je voudrais dire qu'il y a des moments où l'on n'arrive pas à calmer les pleurs du bébé. En tant que nouvelle mère, il m'a fallu du temps pour comprendre que ce n'est pas parce que mon bébé pleurait que je le "laissais pleurer". "Laisser pleurer un bébé" signifie le déposer dans son berceau et partir alors qu'il hurle. Si je portais mon bébé, le balançais doucement ou chantonnais dans son oreille, c'était parfois tout ce que je pouvais faire. Parfois, on peut seulement attendre que le bébé s'arrête de pleurer.

Traduit et adapté par Corinne Dewandre de "Helping the Mother of a Fussy Baby", de Dee Kassing, Leaven, Dec 96-Jan 97.

(1) Voir page 48. Ce livre est en vente à la boutique.(2) Pour plus de détails, voir "Le manque de lait : mythes et réalités", AA n° 26, 1996.
(3) On sait que des mères sous-alimentées peuvent allaiter leur bébé de façon adéquate. Ce qu'on sait moins, c'est que pour y arriver, elles donnent le sein très fréquemment (par exemple quelques minutes tous les quarts d'heure)
(4) Voir AA n° 3, 1990, et l'ouvrage du Dr Sears.
(5) Le Dr Brazelton a bien décrit dans Ecoutez votre enfant ces bébés hypersensibles aux stimuli qui, les premières semaines, ne supportent pas plus d'un stimulus à la fois (par exemple, si on les caresse, ils ne supportent pas qu'on leur parle en même temps).
(6) Dans la série "arts ménagers", on connaît des bébés qui sont calmés par les vibrations d'un sèche-linge !

à lire
Williams Sears, Que faire quand bébé pleure ?, LLLI. A lire en priorité ! En vente à la boutique.
Hetty van de Rijt et Frans X. Plooij, Pourquoi pleurent-ils, Albin Michel. Voir la critique de ce livre dans AA n° 33.
Anne Bacus, Bébé pleure, que faire ?, Ed. Marabout. Un petit livre sans prétentions, où l'on retrouve beaucoup des trucs évoqués plus haut (y compris l'aspirateur !), le premier évoqué étant... le sein !